Almanach%201ere_edited.jpg
 Nous avons le plaisir de vous faire découvrir  l'"Almanach de 366 auteurs francophones", anthologie de textes sous forme de calendrier perpétuel regroupant  366 auteurs différents venus du monde entier.
Format : 16x24 cm - 384 pages

Sa naissance

Cette idée, née dans l’esprit de Romain, a été un énorme travail de l'équipe que nous formons tous les deux. Le but était de faire tomber les frontières par les mots alors que nous vivions confinés.

Chaque jour venez découvrir un.e auteur.e et plonger dans son univers.

Sa forme originale en fera un bel objet de décoration, en plus d'être un livre !

Ses auteurs

Les auteurs ont répondu de toute la France, mais aussi de 25 autres pays des 5 continents. c'est donc une œuvre universelle !

C'est grâce à leur contribution que l'almanach sort en décembre 2020, juste quelques jours avant Noël.

Son prix

L'Almanach de 366 auteurs Francophones est vendu au prix de  20€

Pour information : 

Frais d'envoi en France (sous réserve de modification des prix de La Poste) :
De 1 à 2 almanachs : 9,50 euros
De 3 à 5 almanachs : 14,50 euros
De 6 à 10 almanachs : 21 euros

Envoi possible en zone "Euro", nous contacter pour connaitre les tarifs d'envoi.

Envoi possible au Canada, en Angleterre, aux Etats-Unis, en Australie, nous contacter pour les modalités de paiement et les frais d'envoi

Autres pays, nous contacter.

Pour l'acquérir :

- Sur commande par mail : selaprodsarl@gmail.com

 

- Lors de nos évènements

   (voir page dédiée)

 

- Dans l'un de nos deux points de retrait, sur rendez-vous :

Soyons (O7) et Melun (77)

27 NOVEMBRE

VOUS VOYEZ ?

Le tendre troubadour vint trouver sa châtelaine

Pour lui chanter l’amour comme on tricote un bas de laine :

« Pour répondre à votre plaidoyer, dois-je vous tutoyer ou te vouvoyer

Ma Gente Dame, qui calcine ma flamme ? »

La Gente Dame lui répondit ainsi :

« Par mon autorité, vous me devez le respect et devez me vouvoyer.

Vous voyez ? »

Alors le troubadour lui dit ceci :

« Il n’est rien que vous ne pûtes attendre de moins sans que cela ne s’exauce. »

La Gente Dame, mécontente d’être ainsi nommée répondit :

« Nous nous connaissons maintenant que nous nous sommes parlés une fois.

Vous avez le droit de me tutoyer. »

Par quoi le chanteur amoureux maladroit renchérit :

« Elue de mon cœur, il n’est rien que tu ne susses... »

Outrée, la princesse insultée dut encore entendre ce qui suit :

« Vous, au balcon, avec tout ce monde, et moi sur le trottoir... »

C’en fut trop. La succession des lettres de noblesse, de Moncuq à Fès,

Nous mène à la morale de ce conte qui restera dans les annales :

Tutoyer ou vouvoyer ? Mieux vaut encore ne point parler.

Pablito - Suisse

Almanach 1ere.jpg