Couverture validée Aline.jpg
 Nous avons le plaisir de vous faire découvrir "Chahutez l'orage !" de Aline Petiot
Format : 16x24 cm - 100 pages

Sa naissance

Ce livre est un recueil de poésie et de nouvelles qui nous plonge dans le quotidien des hommes, des femmes et des enfants.

Son auteure

Aline est aide-soignante et croque la vie à pleine dent.

Elle anime aussi des ateliers d'écriture et se voue à sa passion depuis plusieurs années. Chahutez l'orage! est son second livre, le premier ayant été édité en autoédition. 

Son prix

Chahutez l'orage est vendu au prix de  15€

Pour information : 

Frais d'envoi en France métropolitaine (sous réserve de modification des prix de La Poste) :
Pour 1 livre : 7 euros

De 2 à 3 livres : 8,50 euros
De 4 à 7 recueils : 9,50 euros
De 8 à 18 recueils : 14,50 euros

Envoi possible en zone "Euro", nous contacter pour connaitre les tarifs d'envoi.

Autres pays, nous contacter.

Envoi possible au Canada, en Angleterre, aux Etats-Unis, en Australie, nous contacter pour les modalités de paiement et les frais d'envoi

Autres pays, nous contacter.

 

- Lors de nos évènements

   (voir page dédiée)

Pour l'acquérir :

- Sur commande par mail : selaprodsarl@gmail.com

- Sur notre boutique en ligne 

 

- Dans l'un de nos deux points de retrait, sur rendez-vous :

Soyons (O7) et Melun (77)

Extraits :

 

Mon père cogne

 

Il me cogne quand il est en rogne.

Il me frappe et me fait mal.

 

Des fois, il a bu. Des fois, pas.

 

Elle a beau se mettre entre lui et moi.

Elle est une vibration trop fragile, trop petite.

Il la fait valdinguer. Il la fait valser.

 

Il mène un combat et je suis ses guerres.

 

J’évite ses regards pour éviter ses colères. Je bataille avec moi pour l’aimer moins, mais pas moyen. Je ne veux plus accepter qu’il me fasse trop de chagrins. Il doit rester dans son coin et moi, je réclame de ne plus y aller, il aime aussi m’enfermer.

 

Sa main se serre et je reçois son poing.

Sa main se desserre et je reçois ses claques.

 

Il pratique le langage du corps. Il fout en l’air les paroles du cœur.

Il m’inflige des punitions qui stoppent toutes mes envies de grandir.

 

Je le vois souffrir. Il me fait mourir.

 

Des années que c’est en place, des années à chercher une bonne place.

À force, ma gueule et ma carcasse toutes cassées. Je suis fait de provisoire et d’illusoire. J’essaie de passer entre les mailles du filet, mais il me trouve toujours. Même au fond des placards, même caché dans les tissus du soir.

 

J’ai peur. Il me fait peur.

 

Sauf que des jours il sourit et rit. Il est mon père en vrai. Il devient beau. Et même joyeux. Alors je me dis qu’une journée pas comme une autre il restera éternellement heureux.

 

Je l’aime encore un peu.


Mais quand je serai parent. Je ne voudrais pas être un batteur d’enfants.

Un fouetteur de cœurs. Un balanceur d’horreurs.

les gaufres.jpg